fbpx
Retour aux nouvelles
14.01.2021 - Durée de lecture: 1 min

Avec une allocation vélo, le montant du leasing de votre vélo d’entreprise est rapidement récupéré

Environ trois salariés sur dix en Belgique sont intéressés par le leasing d’un vélo par l’intermédiaire de leur employeur. Ceux qui perçoivent une allocation vélo récupèrent presque immédiatement leur contribution au leasing.

Un vélo de leasing via votre travail, accessible à tous

 
Après une enquête auprès de 2.000 belges actifs, Acerta et le bureau d’études Indiville ont conclu que le vélo gagne rapidement du terrain  dans le traffic domicile-travail. Les résultats montrent que 28% des Belges sont intéressés par le leasing d’un vélo par l’intermédiare de leur employeur. Pour 49 pour cent, 20 euros nets par mois est le maximum qu’ils souhaitent y consacrer. Un quart des salariés sont même prêts à y consacrer jusqu’à 40 euros par mois de leur salaire net. Une simulation montre que louer un vélo par l’intermédiaire de l’employeur est plus intéressant que d’en acheter un soi-même. Le montant du leasing est déduit du salaire brut, de sorte que l’employé ne paie qu’un montant limité pour son vélo. A la fin du contrat de leasing, le salarié a la possibilité de reprendre le vélo à la valeur résiduelle. Si cela ne se produit pas, le vélo est restitué à la société de leasing.
 
De plus, vous récupérez rapidement le montant que vous payez en tant que salarié pour le leasing avec l’allocation vélo. Un employeur n’est pas tenu de verser une allocation vélo, sauf si celle-ci a été imposée par la commission paritaire. Par exemple, les 50 000 entreprises qui relèvent de la commission paritaire 200 pour les employés sont obligées de verser 10 centimes par kilomètre parcouru. Actuellement, près de 20 pour cent de tous les salariés belges reçoivent déjà une allocation pour se rendre au travail à vélo.
 
Supposons que vous parcourez 20 kilomètres aller-retour pour vous rendre au travail chaque jour ouvrable, alors avec le remboursement maximum de 0,24 euros par kilomètre, vous gagnerez un montant de 1.008 euros par an (210 jours ouvrables) ou 84 euros par mois. Si vous recevez 10 centimes par kilomètre, votre employeur vous payera 420 euros sur une base annuelle, ce qui revient à 35 euros par mois.
 
 
Source: Dirk Selleslagh dans ‘De Tijd’

Avez-vous trouvé cet article intéressant?

question rhétorique

Peut-être que ton réseau s’y intéresse également! Partage cet article et inspire ton entourage avec des tuyaux et avis pratiques au sujet de la mobilité durable.